Equilibre alimentaire

Manger ses émotions

13 novembre 2018

S’autoriser à manger lorsque l’on éprouve un besoin va nous permettre de répondre de manière adaptée à ce besoin. Ressentir une émotion négative qui nous pousse à rechercher le plaisir est un besoin.

Le besoin de PLAISIR.

Par exemple, lorsque vous avez besoin de manger pour vous consoler. Ce sont toujours des aliments plutôt sucrés ou un peu gras qui nous permettent de trouver le plaisir. Alors, les personnes soucieuses de leur poids ce l’interdiront ! Cette interdiction induit un sentiment de frustration qui laisse place à des grignotages et de la culpabilité. Résultat : l’émotion négative de la tristesse est remplacée par une autre émotion négative, celle de la culpabilité. De plus, la nourriture est toujours présente par les grignotages (voire craquages). 

En vous autorisant à manger pour vous consoler, tout en savourant et en ayant conscience que vous vous faite du bien, vous observerez que votre besoin de consolation est comblé et que votre humeur s’est régulée.

En vous autorisant à manger pour vous consoler, vous pouvez également choisir de ne pas manger quand vous n’en éprouvez pas le besoin.

Il est plus simple d’abandonner ce qui nous est autorisé que ce qui nous est interdit.


La solution ?

Face à une difficulté, vous la ressassez au lieu de la résoudre ou bien de la tolérer pour continuer à avancer. 

La solution ne viendra pas à vous. C’est l’action qui vous aidera à la trouver : écrivez ce que vous ressentez, parler à quelqu’un, s’aérer l’esprit avec une sortie… Ainsi, rester dans la solitude et l’immobilité peut vous conduire à manger pour vous réconforter. Commencez par différer cette envie de manger : « si dans 10 minutes j’ai toujours envie de chocolat je la mangerai, en attendant je vais sortir un moment ».

Soit vous décidez de trouver la solution en agissant, soit vous tolérez que manger peut être la solution de réconfort temporaire face à la difficulté rencontrée. En aucun cas, elle ne sera la solution définitive.

Si votre mal être est plus profond, n’hésitez pas à contacter un professionnel de santé : psychologue, diététicienne spécialisée en comportement alimentaire…

@lejournaldunediet

Article rédigé selon une approche comportementale et cognitive très liée à la diététique selon moi. Merci à Clémence Grignon psychologue clinicienne pour sa participation à l’écriture de cet article. Retrouvez son site internet ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *