Santé

Parlons du BIO

6 mai 2018

Nous sommes de plus en plus nombreux à consommer des aliments bio : 2 fois plus qu’il y a 15 ans. Mais, est-ce véritablement un reflex sain de manger bio ? Je vous réponds !

Que peut-on attendre des produits bio ?

Les aliments bio sont produits grâce aux ressources naturelles. L’agriculture biologique exclut totalement l’utilisation de produits phytosanitaires, d’OGM, d’antibiotiques, d’exhausteur de goût, de colorants et d’arômes non naturels. Son cahier des charges limite le nombre d’additif alimentaires ajoutés dans l’aliment finit. Tout simplement, les plantes poussent avec de l’eau, du soleil et de la terre saine. Les animaux d’élevage sont élevés davantage en plein air et dans des espaces plus grands, ils sont nourris sans antibiotiques ou alimentation artificielle. Bref, retour aux sources !

Pourquoi les produits bio sont-ils plus chers ?

Ils existent aujourd’hui, plusieurs types d’agricultures qui explique les différences de prix :

  1. l’agriculture intensive : dite aussi « de masse » ou « industrielle ». Elle utilise des produits phytosanitaires pour assurer un rendement optimal et elle bénéficie de subventions par l’UE.
  2. l’agriculture raisonnée : dite aussi « rationnelle ». Elle a pour but d’obtenir le plus de résultats possible en utilisant peu de polluants. Le cahier des charges est important.
  3. l’agriculture biologique : Elle respecte la nature sans l’utilisation de produits phytosanitaires.

L’agriculture biologique nécessite une charge de travail importante pour parer aux pertes éventuelles dues à la météo, à la plante elle-même ou aux nuisibles. Cela implique beaucoup de main-d’oeuvre, ce qui fatalement coûte plus cher… De plus, elle ne bénéficie pas de subvention.

Zoom sur les pesticides

Je ne vous apprends rien en vous disant que les produits phytosanitaires utilisés pour booster les cultures et éviter les pertes trop importantes sont mauvais pour la santé : troubles de la mémoires, tremblements, malformations… Des Limites Maximales de Résidus (LMR) sont fixées par aliments afin de ne surveiller qu’il soit consommable sans effets toxiques. C’est une dose seuil mais tous les paramètres ne sont pas pris en compte. C’est, en effet, une sécurité prise pour chaque aliment individuellement mais qu’en est-il si nous en consommant plusieurs dans le même temps ? Et, si nous en consommant tous les jours de façon systématique ? La LMR n’est-elle pas augmentée dans ces deux cas ?

Les fruits et légumes sont les plus exposés. Notre consommation d’aujourd’hui l’explique : nous choisissons toujours les plus beaux, nous voulons des fraises en hiver, des oranges en été ou bien manger des ananas, des fruits de la passion, des mangues qui traversent des océans pour atterrir sur nos étales… Pour satisfaire nos exigences, les producteurs et industriels utilisent des produits chimiques permettant de contrôler la couleur, la maturation et la conservation de ces végétaux.

Intérêt nutritionnel et bio

Il est très intéressant de consommer la peau des fruits et légumes. Elle est riche en fibres, minéraux et vitamines ! Cependant, c’est bien sur la peau des végétaux que les pesticides sont très présents. Jusqu’à 35 produits différents pour certaines variétés de pommes. Dommage… Je vous conseille donc pour votre santé de bien éplucher vos fruits et légumes non bio. Pensez également aux citrons ! Pas question de jeter une rondelle d’un citron non bio dans votre eau gazeuse !

  • Les pires : herbes aromatiques, endives, raisins, clémentines, pomme, cerises…
  • Les moins : avocat, maïs, asperges, prune, kiwi…

 

Le bio et les additifs alimentaires

Les additifs alimentaires sont des substances ajoutées intentionnellement aux aliments pour le colorer, le sucrer ou le conserver. Ils visent donc à transformer l’aliment de base. Pour notre sécurité sanitaire, ils répondent à une évaluation scientifique permettant de fixer une Dose Maximale Journalière pour chaque additif. Ainsi, si l’on ne dépasse pas cette dose, l’additif alimentaire peut être consommé quotidiennement toute la vie, sans aucun effet toxique pour notre santé. → c’est le même principe que la LMR pour les pesticides (expliqué ci-dessus). Cependant, aujourd’hui, en UE, les industriels utilisent près de 390 additifs différents. Plus les études fleurissent, plus certains additifs classés comme cancérogènes ou perturbateurs endocriniens… (avéré ou suspecté).

Du côté de l’agriculture biologique, le nombre d’additifs autorisés est de 47. Ils ne sont donc pas totalement exclus des aliments biologiques.

Comment reconnaître les produits bio ?

Les grandes enseignes bio se multiplient à vue d’œil ! Des magasins 100 % bio. Tous les supermarchés ont également sorti leur gamme bio ces dernières années.

Des labels Français et Européen sont mis en place sur les emballages des produits pour vous guider :

En bref :

Plusieurs études démontrent que les consommateurs de produits issus de l’agriculture biologique sont en meilleure santé (étude BioNutriNet 2014) : les consommateurs d’aliments bio font également plus de sport, mangent plus équilibré et mènent une vie globalement plus saine que les non-consommateur des produits bio.

Selon moi, c’est prendre soin de sa santé que de consommer bio au maximum de ces possibilités. Le panier entièrement bio quotidiennement s’avère coûteux. Mais, c’est un investissement santé. Il est possible de commencer progressivement en choisissant d’abord ces fruits et ces légumes, les aliments les plus touchés par les pesticides. Puis, les viandes, poissons, œufs et produits laitiers… Faire son potager est aussi une solution !

Consommer bio, c’est aussi consommer moins. Plus de superflus dont notre corps n’a pas forcément besoin (sucreries, boisson sucrée, gâteaux industriels…) mais une alimentation plus utile à notre santé.

Loin de moi l’idée de vous priver ! Je suis moi-même grande gourmande et je ne peux, malheureusement pas, me passer du sucre dans mon alimentation. Alors, je fais des choix sains : exit le sucre raffiné, place au sucre de coco (faible indice glycémique), sucre complet (plus riche en minéraux) et au miel (extrêmement riches en minéraux et vitamines). Je cuisine moi-même mes gâteaux et viennoiseries. Enfin, ces plaisirs sucrés sont OCCASIONNELS soit 1 à 2 fois par semaine.

Avec grand plaisir,

@lejournaldunediet

Source utile à la rédaction de l’article : « 60 milions de consommateurs mai-juin 2018 n°125S » et « natura-science.com »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *